Google repousse (encore) la mort des cookies tiers à la seconde moitié de 2024.

Google vient d’annoncer qu’il reporte la mort des cookies tiers à la seconde moitié de 2024, soit près de trois ans plus tard que prévu initialement.

 » Dans un communiqué, le géant de Mountain View explique que « améliorer la vie privée des gens, tout en donnant aux entreprises les outils dont elles ont besoin pour réussir en ligne, est vital pour l’avenir du web ouvert. C’est pourquoi nous avons lancé l’initiative Privacy Sandbox afin de collaborer avec l’écosystème pour développer des alternatives aux cookies tiers et autres formes de suivi intersites qui préservent la vie privée. Au cours des derniers mois, nous avons publié des versions de test de plusieurs nouvelles API Privacy Sandbox dans Chrome pour que les développeurs puissent les essayer.

Tout au long de ce processus, nous nous sommes efforcés d’affiner nos propositions de conception en tenant compte des commentaires des développeurs, des éditeurs, des spécialistes du marketing et des organismes de réglementation dans des forums tels que le W3C. Au début de l’année, nous avons conclu un accord avec l’autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) sur la manière dont nous développons et lançons Privacy Sandbox dans Chrome dans le monde entier.

Le commentaire le plus constant que nous avons reçu est le besoin de plus de temps pour évaluer et tester les nouvelles technologies de Privacy Sandbox avant de cesser d’utiliser les cookies tiers dans Chrome. Ces commentaires sont conformes à l’engagement que nous avons pris envers l’AMC de veiller à ce que Privacy Sandbox fournisse des technologies efficaces de préservation de la vie privée et à ce que le secteur dispose de suffisamment de temps pour adopter ces nouvelles solutions. Cette approche délibérée de la transition des cookies tiers garantit que le web peut continuer à prospérer, sans dépendre d’identifiants de suivi intersites ou de techniques secrètes telles que l’empreinte digitale.

Pour ces raisons, nous étendons les fenêtres de test pour les API Privacy Sandbox avant de désactiver les cookies tiers dans Chrome. »

En outre, Google a partagé une chronologie, dans laquelle il montre la prévision de ses prochains développements dans ce domaine. Ainsi, d’ici le troisième trimestre 2023, Google prévoit que les API Privacy Sandbox seront disponibles dans Chrome.  » Au fur et à mesure que les développeurs adoptent ces API, nous avons l’intention de commencer à supprimer progressivement les cookies tiers dans Chrome au cours de la seconde moitié de 2024 « . Comme toujours, vous pouvez trouver des calendriers et des jalons mis à jour sur le site Web de Privacy Sandbox. »

Google Cookies Le Journal Du Marketing - Le journal Du Marketing

Comme indiqué, ce n’est pas la première fois que Google retarde ses plans dans ce domaine. À l’été 2021, lorsqu’il a annoncé le précédent rapport, le géant de Mountain View a expliqué que « bien que cette initiative ait fait des progrès considérables, il est clair qu’il faut plus de temps à l’ensemble de l’écosystème pour y parvenir » et le faire à « un rythme responsable ».

Un défi considérable

S’il est vrai que Google domine non seulement la publicité en ligne mais aussi de multiples secteurs comme la recherche et les navigateurs, la fin des cookies tiers représente pour lui un défi considérable.

D’une part, plus Google réduira le suivi des cookies tiers, plus il nuira aux autres sociétés de publicité en renforçant sa propre domination de l’espace publicitaire, car n’oublions pas que Chrome est le navigateur préféré des utilisateurs, et ce de loin.

Cependant, plus il s’immisce dans le suivi de leur plateforme, plus il sera accusé de ne pas protéger la vie privée des utilisateurs. Quoi qu’elle fasse, elle fera l’objet de vives critiques, et pas seulement de la part des utilisateurs, mais aussi des régulateurs, des annonceurs et des éditeurs.

Au départ, l’idée était que Google marque la fin des cookies tiers grâce à sa technologie d’apprentissage par cohortes fédérées, FLoC. Cette technologie consistait à générer des groupes de personnes (cohortes) ayant des intérêts similaires, afin que les entreprises puissent les approcher avec des contenus connexes. De cette manière, les utilisateurs voient leur vie privée protégée, puisqu’ils ne reçoivent pas une approche individuelle mais plutôt une approche de groupe de la part des entreprises. Cependant, Google a été confronté à un sérieux problème : la technologie de Floc n’était pas compatible avec les règles de confidentialité en vigueur en Europe.

Ainsi, en janvier de cette année, Google a surpris avec une nouvelle proposition, Topics. Google a affirmé avoir pris en compte les leçons apprises et les commentaires des utilisateurs sur Floc pour développer Topics, un nouveau système de publicité ciblée dans le cadre de son initiative Privacy Sandbox.

Comme l’explique Google, « Avec les sujets, le navigateur définit une série de thèmes, tels que « fitness » ou « voyage », qui représentent vos principaux centres d’intérêt pour la semaine en question, en fonction de votre historique de navigation. Les thèmes ne sont conservés que pendant trois semaines et les anciens thèmes sont supprimés. Ce processus se fait entièrement sur votre appareil, sans intervention de serveurs externes, y compris ceux de Google ». Ainsi, par exemple, si une semaine vous vous rendez sur un site Web dont le contenu est lié à la santé, Google inclura le terme « santé » dans vos thèmes, de sorte que vous recevrez des annonces liées à cette catégorie.

L’idée est que votre navigateur apprend à connaître vos centres d’intérêt lorsque vous naviguez sur le Web. Google précise qu’au départ, 300 thèmes seront analysés, mais que l’intention est d’en augmenter progressivement le nombre, et que ces thèmes ne comprendront pas de catégories sensibles telles que le sexe ou la race.

Google classera les sites que vous visitez selon l’un de ces 300 thèmes. Pour les sites qui n’ont pas été catégorisés, un algorithme d’apprentissage automatique fournira une estimation du sujet. Ainsi, lorsque vous visitez un site qui prend en charge l’API « Topics » à des fins publicitaires, le navigateur partage trois sujets qui vous intéressent : l’un des sujets les plus pertinents pour chacune des trois dernières semaines. Le site peut ensuite partager ces informations avec ses partenaires publicitaires pour décider des publicités à vous montrer.

ARTICLES SIMILAIRES
Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

LES PLUS POPULAIRES